Dévernissage à la Distillerie - à partir de 17h

Dévernissage à la Distillerie – à partir de 17h

20h – Les Moules à Facettes : Prestations clownesques burlesques

« Avec Les Moules à Facettes… on va bien se « marée » ! »
Qu’elles sont gracieuses, comme elles rayonnent avec leur petit nez rouge, ces cinq damoiselles qui n’attendent plus que nous !
Athéna, Cube, Frida, Renée Sens et Sisi nous viennent d’un château reculé de Normandie qu’elles occupaient ensemble depuis toujours, vivant de leurs récoltes de moules. Toujours solidaires, leur devise était claire comme de l’eau de mer : « une pour cinq, cinq pour toutes ».
Une vie tranquille en autarcie, mais surtout, un ennui profond.
À mesure que les vagues s’écrasaient contre les récifs, la langueur d’une curiosité du monde inassouvie les consumait.
Peu à peu leur teint devint pâle, Cube cessa de s’alimenter, les fleurs de Frida se desséchèrent, Athéna perdit la niaque, Sisi désespéra de rencontrer son prince charmant et Renée Sens défrisa : toujours solidaires, même dans la déprime. Qu’allaient-elles devenir ?
C’est alors qu’au détour d’un couloir désertique, elles furent touchées par la grâce : la scène les appelait !
Il était temps pour elles de laisser s’exprimer leur âme artistique aux aspects éclectiques : désormais, elles seraient les « Moules à Facettes » !
Les voici en tournée pour conquérir le monde, et c’est par chez nous qu’elles feront escale le dernier jour du Festival, nous régalant de leurs interventions clownesques qui ne manqueront pas de raviver l’esprit facétieux de nos estimables troubadours.
Une seule question reste en suspens :
Comment ces anciennes ermites, qui avaient jusqu’alors pris soin d’éviter tout contact avec le reste de l’humanité, vont-elles se dévoiler au cours de nos festivités ?
Pour le découvrir, il faudra venir…

22h : Projection en avant première de No Man, filmé, réalis et produit par JH Meunier. 69 mn
Avec Miss Ming, Marie-Ambrym Rossignol, Vanessa Mioli, Pauline Salvagniac, Hélène Charpentier. Musique originale Mensah Dark

La projection sera suivie d’une rencontre avec le réalisateur.

« Jean-Henri Meunier n’a pas que l’œil, il a aussi le cœur. »
Ses films documentaires (déjà une quinzaine à son actif!) nous transportent dans un univers où l’homme et son environnement s’apprivoisent au rythme de la vie : le silence cathédral d’une gare désertée que seul le clac-clac d’un stylo cogné contre une table vient troubler, quelques volutes de fumée de clope arrachées à la pesanteur d’un bistro où l’on vient « tuer le temps », une tasse de café brûlant contre laquelle des mains engourdies par le froid de la rue se réchauffent peu à peu…
Après sa trilogie najaquoise sur les oubliés de la campagne profonde — La Vie comme elle va (2003), Allô la Terre, ici Najac (2006), Y a pire ailleurs (2011) — et son immersion dans la lutte pour le logement social des Enfants de Don Quichotte à Toulouse dans Rien à perdre (2009) et Tout à gagner (2012), le cinéaste nous offre un nouveau témoignage de la puissance de ces regards humbles portés sur la vie à travers une nouvelle création, No Man.
Sur une musique originale de Mensah Dark, ce documentaire de 69 minutes filmé, réalisé et produit par Jean-Henri Meunier est, nous dit-il, « une expérience cinématographique, une improvisation libre et désordonnée menée par des femmes qui le sont tout autant.
C’est aussi un hommage à la caméra Sony pd150 avec laquelle je filme depuis bientôt 20 ans ».
No Man est le 1er film d’un tryptique atypique.
Il sera suivi de LSD (Lente Séparation Douloureuse) et d’un dernier opus, RAF (Rien À Foutre, titre provisoire).
Nous vous invitons donc à venir découvrir l’expérience de ces cinq femmes — Miss Ming, Marie-Ambrym Rossignol, Vanessa Mioli, Pauline Salvagniac et Hélène Charpentier — en présence de celui qui se fera une joie de répondre aux questions et commentaires des spectateurs au cours de la rencontre qui suivra la projection.